aucun commentaire pour l'instant

Le mot du sacristain

Petit rappel liturgique 

Point culminant de la messe, et raison même de sa célébration, la consécration
eucharistique représente le moment où le fidèle doit entrer au plus profond de sa prière.
La prière est souvent définie comme un mouvement de l’âme vers le Divin. Afin
d’accompagner ce mouvement de l’âme, le guide de liturgie demande aux fidèles de
l’accompagner d’un mouvement du corps: la génuflexion.

C’est aussi une marque de grand respect devant la répétition de la Cène du Christ dont
nous sommes témoins à ce moment de la messe, rappel que le Seigneur a donné son corps
et son sang pour notre salut.

Afin d’aider le fidèle à séquencer ses postures lors de ce moment fort, les servants d’autel
sonnent les clochettes selon un ordre précis :

  • Le premier coup de clochette (un coup bref) au début de la consécration, juste avant
    que le prêtre dise « au moment d’être livré et de souffrir sa Passion… », indique au
    fidèle qu’il doit se mettre à genoux.
  • Le deuxième coup de clochettes (un coup bref) au moment où le prêtre fait la
    génuflexion juste après avoir consacré le pain,
  • Le troisième coup de clochettes (trois coups), au moment de l’élévation de l’hostie,
    indique au fidèle qu’il doit lever la tête et regarder le corps du Christ avant de
    s’incliner.
  • Le quatrième coup de clochettes (un coup) au moment où le prêtre fait la génuflexion
    juste après avoir consacré levin,
  • Le cinquième coup de clochette (trois coups), au moment de l’élévation du calice,
    indique au fidèle qu’il doit lever la tête et regarder le sang du Christ avant de
    s’incliner de nouveau.
  • Le sixième coup de clochettes (un coup long), avant l’anamnèse « Il est grand le
    mystère de la Foi », indique au fidèle qu’il peut se relever.

Bonnes messes à tous.

Fraternellement

Le sacristain.