aucun commentaire pour l'instant

Le mot de l’EAP pour accompagner notre montée vers Pâques

Le carême est un chemin qui monte. En effet, ne parle-t-on pas communément de la montée vers Pâques ?

Or un chemin qui monte est épuisant physiquement. Le cœur s’accélère, le souffle se saccade. Concentrés sur notre respiration pour en soutenir le rythme et assurer notre survie, nous laissons en revanche notre esprit libre de prendre la main sur nos pensées. Il tourne seul, il va, il vient, il accélère, il crépite, il lâche des idées par paquets, il s’affûte. C’est là le même effet que celui obtenu par le jeûne. A l’effort du corps correspond la libération de l’âme.

C’est ainsi que l’EAP vit son carême. Son rythme cardiaque est monté régulièrement, au fur et à mesure que l’ampleur et l’accélération des réflexions à mener nous happait. Et vient alors le moment où l’esprit (ou bien l’Esprit ? Mystère…) prend le large et regarde tout ça de haut. L’esprit est moqueur et sérieux à la fois, il nous rappelle à nos engagements mais aussi et surtout à l’essentiel. Sa hauteur de vue crée forcément une perspective dérangeante sur les évènements quotidiens. L’Esprit dépasse l’esprit en lui ajoutant une dimension bienveillante : il ouvre ses bras et nous propose de nous laisser aller à lui. Il attend notre oui le temps qu’il faut, et il est prêt à rejouer la scène autant de fois qu’il le faudra, c’est-à-dire autant de fois que nous l’aurions et que nous l’aurons quitté.

Dans le film de notre vie, c’est la fameuse scène de la conversion.

Sur son chemin de carême, l’EAP est avec vous, tout aussi essoufflée parfois, tout autant en recherche et en réflexion. Soyez vous aussi avec elle, pensez à prier pour elle comme elle doit penser à prier pour vous. La prière des frères, ciment de la communion. Communion que nous avons hissée à bord de notre vision pastorale.

Cette vision, en cette montée vers Pâques, regardons-la, là-haut au sommet du chemin, et ne la perdons pas de vue !

Bonne montée vers Pâques à tous !

Poster un commentaire