aucun commentaire pour l'instant

Homélie du 11 mai 2019 – Bon Pasteur

“A mes brebis je donne la vie éternelle”. Jn 10, 27  “nous sommes son peuple, son troupeau” Ps99 “L’Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la vie.” (Ap 7,17)

Ce IVème dimanche de Pâque est appelé celui du Bon pasteur. Les lectures d’aujourd’hui nous apportent de quoi méditer pour savoir comment ce Christ est notre berger. Et de là vient aussi le mode d’emploi pour ceux qui sont en son nom institués à être de bons pasteurs.

1° Christ bon pasteur

-il accueille ceux qui lui sont donnés par son Père. il n’en est pas propriétaire lui-même.

-il les connaît

-il leur donne la vie éternelle par la parole et sa vie toute offerte pour ses brebis.

se donne entièrement, car il est prêt à donner sa vie pour ses brebis.

2° les brebis

-écoute sa voix,

-le suivent

-elles ne périront pas

3° Moi, prêtre à l’image du Christ bon pasteur et vous, son troupeau,  comment nous situons nous? Parlons-en!

-est-ce que j’accueille tous ceux qui veulent devenir disciples du Christ? Et qu’est-ce que je fais de ceux qui ne le veulent pas? Ou ne le veulent pas pour le moment?

-est-ce que je permets aux brebis de son troupeau dont j’ai la charge (donc à vous ce soir) d’écouter la voix du Bon Pasteur, le Christ? Je suis médiateur dans le Christ médiateur (par un intermédiaire, car lui seul, le Christ l’est entre Dieu et les hommes.

-est-ce que je vous connais suffisamment pour bien vous guider vers le royaume de vie éternelle?

-est-ce que vous me connaissez suffisamment pour faire confiance à votre pasteur?

-est-ce que nous sommes dans la bonne proximité et par conséquent dans la bonne distance pour que chacun, vous et moi, ayons la capacité de bien accomplir notre mission respective: moi pour vous guider au nom du Christ et vous, vous laissez faire?

-est-ce que nos attentes respectives sont celles du Christ bon pasteur et celles des brebis de son troupeau?

-est-ce que j’écoute suffisamment le Christ bon pasteur pour savoir comment l’être pour vous?

-est-ce que vous écoutez suffisamment le Christ Bon Pasteur pour savoir comment être ses brebis?

-puisque que nous sommes réciproquement chemin de sanctification (à l’image d’un couple marié religieusement), comment (nous) le vivons nous et comment  accueillons nous les grâces d’une telle situation? Je peux répondre un tout petit peu en ce qui me concerne, et chacun de vous peut le faire dans sa propre conscience. Vous m’avez permis ou avez été  l’occasion de mettre le Christ davantage au centre de ma vie. Et j’en rends grâce à Dieu.

-est-ce que je suis prêt à donner ma vie (si nécessaire) pour l’un d’entre vous, comme le Christ l’a fait pour nous tous.  A vrai dire, je ne me suis jamais posé cette question avant; est-ce que j’aurai donné ma vie pour l’un, voire plusieurs d’entre vous? Je n’en sais rien, mais ce qui m’étonne, ce que c’est seulement maintenant  que je me la pose. mais il n’est jamais trop tard.

-est-ce que je suis uni aussi fortement au Christ que lui l’est avec son Père? la réponse est non, car la foi est un chemin pour tendre vers. Donc je reprends ma question: est-ce que je désire d’être uni à lui comme il l’est à son Père. Oui, aujourd’hui je peux dire, oui!

-est-ce que vous vous désirez ’être unis à lui comme il l’est à son Père?

-est-ce que vous et moi, chacun pour sa part, nous avons envie de vivre dans cette unité pour grandir ensemble vers l’unité du Christ avec son Père?

-est-ce que, vous et moi, chacun pour sa part, nous laissons-nous provoquer par l’agitation de ce monde (cf.I lecture) qui influe sur nous et nous fait douter de notre désir d’ unité? Et même si nous nous sentons exclus, expulsés, comme Paul et Barnabé d’un territoire, d’une communauté, de notre manière de l’envisager…., sommes-nous toujours capables de suivre le Christ sur la voie missionnaire, suivre  celui qui est notre Bon pasteur?

-sommes-nous prêts à laver nos vêtements blancs  (robe de baptême) dans le sang de l’Agneau? Donc être sanctifiés par son sang, par l’offrande de sa vie dans l’eucharistie?

-dans l’adversité sommes-nous capables de secouer  comme Paul et Barnabé notre attachement affectif à notre douleur d’être incompris, rejetés, bafoués…. et repartir remplis de joie et d’Esprit saint. Moi, j’essaie de m’y exercer, mais ce n’est pas toujours évident. Mais grâce au soutien fraternel dans la foi tout ceci est possible aussi bien pour le pasteur que pour ses brebis.  AMEN

 

Poster un commentaire