aucun commentaire pour l'instant

Homélie du 25 Janvier 2020

Parole de Dieu; la joie de la bonne nouvelle.

  1. Parole de Dieu comme nourriture

Le pape François a décidé  de faire du troisième dimanche du temps ordinaire, chaque année, le Dimanche de la parole de Dieu. La décision du pape répond au besoin d’approfondir chez les catholiques la relation avec la parole de Dieu. La carence dans ce domaine se constate partout. 

Elle est visible dans les relations oecuméniques avec les protestants en particulier qui ont la culture d’étude de la Bible intégrée dans leur comportement habituel. Elle est encore plus visible dans la confrontation avec ceux du dedans ou dehors de la religion chrétienne. Quand ils nous interrogent sur les  bien fondés de notre foi, souvent nous calons vite. Quelques heures de caté, ou quelques messes avec homélies plus ou moins parlantes dans l’année ne suffisent pas pour en acquérir quelques rudiments de connaissances. 

Les groupes bibliques qui fleurissent un peu partout dans l’Eglise catholique depuis le dernier concile ont un impact certes réel sur les personnes qui y participent.  Mais cet impact est bien limité dans son ensemble. Le groupe Biblique créé à HK il y a cinq ans ne touche que quelques personnes, dont une orthodoxe et une protestante. 

Or, même chez les catholiques, il y avait mieux déjà au XIXs. tout au moins dans certains endroits. Par exemple, saint Vincent Pallotti, le fondateur de ma congrégation vivant à Rome, participait à plusieurs groupes d’étude de la Bible. Dans certaines communautés juives les hommes se réunissent autour de leur rabbin le matin plusieurs fois par semaines pour étudier la Tora. 

Nous avons à trouver le bon rythme qui correspond à notre mission  d’époux, de parents, de travail… Tout cela peut être nourri par la Parole de Dieu. Il y a des applications sur nos smartphones qui donnent accès à la lecture du jour et souvent un bref commentaire avisé.

Alors la Parole de Dieu c’est quoi? C’est une Parole qui nous est destinée, car Dieu nous parle. Ce présupposé, une fois accueillie, peut se transformer en action de l’écoute. “Soyons attentifs ensemble”, nous entendons dans le métro à Paris pour nous mettre en garde devant de dangers d’insécurité. 

Ici il ne s’agit de nous inviter pas seulement à éviter les dangers d’éloignement de Dieu et mise en danger de notre vie spirituelle. Il ne s’agit pas seulement de nous mettre à l’abri, mais  surtout (positivement) de nous nourrir pour nous laisser transformer, toujours en mieux. 

  1. Parole de Dieu comme nourriture pour aujourd’hui

Les lectures d’aujourd’hui nous fournissent les éléments principaux du bénéfice d’une telle fréquentation des écritures. 

Quatre étapes très simples mais significatives :

1° entendre l’appel à vivre de la parole de Dieu. Comme les apôtres qui étaient appelés par Jésus qui leur a dit: “venez à ma suite”. 

2° Se laisser transformer par la Parole de Dieu qui est une parole vivante et qui agit sur nous. C’est dans ce sens que Paul s’exprime dans la deuxième lecture quand il constate les rivalités  entre les membres de la communauté de Corinthe. A qui se revendiquer de Paul, à qui de Pierre ou Apollos… 

Paul met en garde devant de telles sources de division. Et c’est toujours d’actualité. Paul ne veut pas se laisser enfermer dans une image que l’on voudrait lui coller. Il renvoie au Christ qui est la Bonne Nouvelle.

3° Cela donne de la joie. L’année de la joie dans l’Esprit de Dieu, c’est le thème de  la CCFHK. il nous rend plus attentif à cet effet de l’accueil de la parole de Dieu. Car la Parole de Dieu est une parole de vérité, et la vérité rend libre. La liberté procure alors de la joie. Si nous sommes bénéficiaires, réceptacles d’une telle joie, c’est pourtant Dieu qui en est l’origine. 

La formation sur la joie dispensée à différentes occasions (comme lors de la réunion des animateurs de l’aumônerie lundi dernier)  nous permet de voir comment la joie purement humaine (si souvent magnifique en soi) peut se laisser enrichir, anoblir par la joie spirituelle. 

4° La prière confiante  jaillit alors spontanément des coeurs de ceux qui se laissent ainsi transformer par la Parole de Dieu. Le psaume l’exprime à merveille: “le Seigneur et ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte…. Espère le Seigneur, sois fort et prend le courage, espère le Seigneur”.

  1. Mise en pratique

Alors pourquoi ne pas commencer  à mettre en pratique une telle fréquentation de la Parole de Dieu. Ce soir ou demain, à plusieurs, en famille, ou seul si pas possible autrement, passons du temps à méditer sur la Parole de Dieu que nous avons entendue lors de la messe. 

Comment cela nous fait-il réagir? Et surtout comment cela nous invite à nous transformer pour être dans la vraie joie? AMEN