aucun commentaire pour l'instant

Homélie du 3 Mai 2020 – Bon Pasteur

Ce dimanche nous sommes invités à méditer sur le rôle de Bon Pasteur. La vie pastorale est bien loin de notre mode de vie moderne. L’image du bon pasteur prend tout son sens dans cette expérience que nous n’avons peut-être pas. 

Il y a trois composantes à retenir: la voix, le guide et la porte. Mais cela n’a rien d’une visite  touristique guidée ou d’un  site historique quelconque. Il s’agit de notre vie du dedans, notre  vie entière, tout ce qu’il y a de plus vrai.

Jésus vient pour que nous ayons la vie en abondance. Avec sa parole impérissable, il nous conduit sur le chemin de nos vies qui sont périssables.   Il est la porte et il est le berger.  

Comment reconnaitre sa voix parmi tant d’autres qui semblent nous interpeller aussi? Comment ceux qui en sont responsables nous le permettent? 

Les pharisiens à qui s’adresse Jésus dans l’évangile élèvent la (leur) voix, eux aussi. Les pharisiens, comme (un) mouvement religieux ne sont plus.  Mais le pharisianisme reste un trait de comportement humain ainsi décrit. 

Chacun voudrait intégrer une communauté et la faire sienne. Comment savoir laquelle est la meilleure pour moi? L’enseignement de l’Eglise suffit-elle pour me permettre de reconnaître la voix du Bon Pasteur? Non, elle ne suffit pas, car elle doit être attestée par un témoignage de vie. 

Les pasteurs (prêtres et évêques) qui agissent au nom du Bon Pasteur ont à être de bons guides. Ils sont à conduire vers la porte, là où eux-mêmes sont déjà passés et repassés tant de fois. C’est à partir de leur expérience personnelle d’une telle intimité avec le Bon Pasteur qu’ils sont des témoins actifs de la vérité du Bon Pasteur incarnée dans leur propre vie. 

Ils sont à conduire vers la porte, mais ils n’ont  pas se prendre eux-mêmes pour la porte. Car dans ce cas-là ils barrent la route au Bon Pasteur qui doit conduire son troupeau par la porte. Ils deviennent des voleurs et bandits qui en fait passent par une porte dérobée pour se conduire de la sorte. La bonne porte est bouchée et la clôture de l’enclos est en danger de pillage. 

“Errants comme des brebis, à présent, vous êtes retournés à votre berger, le gardien de vos âmes” Saint pierre dans la deuxième lecture fait un constat plein de promesse pour chacun d’entre nous. Amen.