aucun commentaire pour l'instant

Homélie du 31 décembre 2019

Le dernier jour de l’année civile nous incite à faire un bilan de l’année écoulée.

Les lectures d’aujourd’hui peuvent servir de grille de lecture.

St Jean dans sa lettre (première lecture) enracine les disciples dans le Christ. Il  est conscient de la difficulté avec laquelle un tel enracinement peut se faire. Le danger vient de l’anti-christ. L’opposition à l’enracinement dans le Christ peut prendre différentes formes.

Il y en a qui sont plus faciles à détecter que d’autres.

En général, pour la plupart du temps l’anti-christ n’est pas facile à identifier. Il se cache dans les méandres de notre pensées, de nos sentiments, dans les méandres de notre vie quotidienne. Son objectif non avoué c’est de nous séparer du Christ.  Pour ne pas effaroucher sa proie, il avance masqué. Les bals masqués y prennent leur sens.

Une de formes de  l’anti-christ les plus faciles à détecter c’est l’affrontement déclaré. Les grands mystiques sont connus pour avoir eu à affronter des puissances du mal qui finissent par se faire démasquer.  C’est une opposition affichée, un rejet du Christ qui s’impose avec force. C’est la tentative d’imposer avec violence le rejet du Christ comme sauveur et ami.  C’est un combat spirituel qui s’engage alors pour des raisons évidentes d’incompatibilité avec ce que l’on croit au fond. C’est une lutte ouverte, où l’anti-christ se présente comme une contre-proposition à la vie avec le Christ. 

L’anti-christ est donc présent sous une forme difficile à identifier ou sous une forme clairement affichée. Chaque fois, il  représente  toutes ces forces obscures qui tentent à nous déloger de notre enracinement en Christ. C’est un travail de sape, d’érosion  constante qui se fait au gré  de la vie quotidienne qui nous déporte de lui. Sans nous rendre compte nous sommes bel et bien sous l’influence de l’anti-christ qui pour la plupart du temps est difficile à détecter.

Ce qui veut dire qu’en être averti c’est bien. Mais tout en l’étant, il ne faut  surtout pas se focaliser sur le diable.  Dans ce jeu, nous sommes toujours perdant. Au contraire, pour l’éviter,  Il nous faut nous focaliser sur l’attachement au Christ. Il nous faut veiller sur l’enracinement en lui, telle une plante qui se nourrit de lui. Le Christ est le terreau qui fournit vitalité et stabilité de notre vie humaine à partir de la bonne vie spirituelle.

Le Christ est cette parole, verbe qui s’est fait chair (évangile). A ce titre, il est solidaire de nos vies en toute chose.

Lui, l’Alpha et l’Omega,

Lui, lumière qui éclaire les recoins de nos obscurité,

Lui qui chasse toutes les ténèbres de nos vies pour y mettre de sa lumière.

C’est lui qui livre le combat décisif avec son ennemi, l’anti-christ. Il le fait dans nos vies, dans nos  corps. Il le fait pour nous rendre capables de faire de nos vies, de nos corps, une demeure pour sa vie divine.

Avertis de dangers, avançons en tout confiance vers celui qui vient. Amen